Aidez-nous
à publier
de nouveaux
documents




Help us
to publish
new
documents







Le nouveau magicien de l 'Ouest 
 
Document original : [Manquant]
 
 
Traduction : Liliane Roth (Publiée avec son aimable autorisation)
Source : Quanthomme.fr
 
Pearson's Magazine de Mai 1899
Le nouveau magicien de l'Ouest
Compte-rendu d'une interview avec Tesla, le faiseur de miracles moderne, qui exploite l'énergie solaire, qui a découvert des moyens
de transmission électrique sans fil, de transmission d'images par téléphone, qui a inventé comment utiliser l'électricité pour fertiliser les sols
et, finalement, qui s'est montré capable de créer la lumière artificielle.

Par Chauncy Montgomery M'Govern
Quiconque rend visite au laboratoire de Nikola Tesla doit être équipé d'un mental exceptionnellement solide, car le spectacle est bouleversant. Personne n'échappe à un sentiment de vertige quand, après avoir obtenu la permission d'entrer dans ce laboratoire-cour des miracles, il contemple les exploits époustouflants que ce jeune homme réussit à accomplir en un tournemain.

Imaginez-vous assis dans une grande pièce bien éclairée, remplie de machines plus curieuses les unes que les autres. Un jeune homme élancé s'avance vers vous et juste en claquant des doigts, il fait apparaître, instantanément, une boule flamboyante qu'il tient tranquillement dans sa main. Vous la fixez et voyez qu'elle ne brûle pas ses doigts. Il la fait rouler sur ses vêtements, sur ses cheveux, dans votre giron et, pour finir, dépose la boule de feu dans une boîte en bois. Vous êtes surpris de constater que les flammes n'ont laissé aucune trace, et vous vous frottez les yeux pour être sûr que vous n'avez pas rêvé.

Les flammes étranges ayant été éteintes aussi miraculeusement qu'elles étaient apparues, le mince jeune homme demande à ses assistants de fermer toutes les fenêtres. Dès lors, la pièce devient aussi sombre que les ténèbres. Tout d'un coup, vous entendez le jeune homme dire, avec un accent typiquement étranger : "Maintenant, mes amis, je vais vous apporter la lumière du jour". Aussitôt dit, aussitôt fait : tout le laboratoire est inondé d'une lumière étrange, aussi belle que celle de la lune et aussi forte que celle de notre vieux soleil. Vous jetez un coup d'oeil sur les volets fermés, et vous réalisez que les volets de chaque fenêtre sont fermés de manière bien serrée et qu'aucun rayon ne les traverse. Vous avez beau chercher, vous ne trouvez nulle part la source de cette lumière étrange.

Vous avez à peine le temps de vous émerveiller, car voilà que le jeune homme touche un bouton et que la lumière s'éteint. La pièce est une nouvelle fois plongée dans le noir, jusqu'à ce que l'accent étranger demande que les volets soient rouverts. Ensuite, on sort un animal de sa cage, on l'attache sur une estrade, on fait passer un courant électrique sur son corps et il meurt dans la seconde qui suit. Le jeune homme attire votre attention sur le fait que l'indicateur n'affiche que 1000 volts ; après avoir éloigné l'animal mort, il bondit à son tour sur l'estrade et ses assistants viennent faire passer le même courant sur lui devant des spectateurs effarés.

Un frisson vous remonte alors dans le dos, car vous voyez que l'indicateur monte lentement jusqu'à 900, puis à un millier de volts et, spontanément, vous fermez les yeux, persuadé que le jeune homme va tomber raide mort dans la minute suivante. Cependant, il ne bouge pas. L'indicateur n'arrête pas de monter... et voilà qu'il affiche 10 000 volts, puis ce sont 2 millions de volts d'électricité qui s'écoulent sur la charpente du mince jeune homme, dont aucun muscle ne bouge.

À son signal, le courant est coupé, la pièce est une fois de plus dans la nuit la plus noire et, à présent, l'audience peut voir la silhouette noire du jeune homme, aux contours bien définis avec, à l'arrière plan, un superbe halo d'électricité formé de myriades de langues de feu électrique jaillissant de toutes parts de cette longue et mince charpente. La salle est à nouveau éclairée, et lorsque le jeune homme s'avance vers vous et vous serre la main, vous ne pouvez vous empêcher de la tordre comme font ces gens qui empoignent une batterie électrique puissante. Le jeune homme est maintenant un "câble électrique humain sous tension".

Raconter cela ou décrire un millier d'autres exploits que réalise Tesla en un clin d'oeil, ne vous permettra jamais de vous faire une réelle idée de l'effet qu'ils ont sur ses spectateurs. Pour en être véritablement conscient, il faut les voir, les entendre, les ressentir dans sa chair. C'est un régal scientifique exceptionnel, toutefois, c'est un régal destiné à quelques personnes seulement, car le laboratoire de Tesla est verrouillé à tous ceux qui n'ont pas reçu de carton d'invitation d'un des amis de ce génie audacieux.

"Peuh ! ce ne sont que quelques joujoux", répond Tesla lorsque ses visiteurs commencent à verbaliser la surprise qu'il leur a procurée. "Tout cela n'est rien - cela n'a aucune valeur pour le monde scientifique. Mais venez par ici, et je vais vous montrer ce qui va révolutionner chaque entreprise, chaque foyer, dès que j'aurai fini de mettre cette chose en état de marche". Il ouvre alors le chemin à travers une forêts de disques bizarres et de mystérieuses bobines de cuivre et d'acier, et conduit le groupe devant un mur de maçonnerie surélevé, sur lequel est placé un long cylindre de verre rempli d'eau, entouré de grands miroirs disposés en cercle. Le toit au-dessus de l'appareil est en verre, et lorsque les rayons du soleil le traversent, ils viennent taper sur les miroirs, qui opèrent comme des loupes intensifiant la chaleur des rayons, avant de les réfléchir sur le cylindre en verre.
"Voici le modèle expérimental de l'appareil avec lequel j'espère, un jour, pouvoir exploiter les rayons solaires : cet astre céleste fera marcher toutes les machines dans nos usines, fera avancer tous les trains et toutes les voitures dans nos rues, servira pour la cuisson des aliments dans nos foyers, tout comme il fournira toute la lumière dont l'homme a besoin, que ce soit le jour ou la nuit. En deux mots, il va remplacer le bois et le charbon dans leur rôle de production de force motrice, de chaleur et d'éclairage".

L'objectif de Nikola Tesla d'exploiter les rayons du soleil pour exécuter les ordres des hommes est probablement l'exploit d'ingénierie le plus hardi que personne ait jamais tenté. Cependant, l'idée est tellement géniale et le principe tellement simple, que même un collégien est capable de les comprendre. Il s'agit de concentrer l'énergie solaire sur un seul point (le cylindre en verre) grâce à tout un ensemble complexe de miroirs et de loupes, jusqu'à ce que la chaleur obtenue soit tout simplement énorme.

Cette chaleur artificielle est dirigée sur le cylindre rempli d'eau. Grâce à la présence d'agents chimiques dans l'eau, celle-ci va très vite s'évaporer ; la vapeur passera dans un tuyau conduisant dans une autre chambre. Ici, la vapeur obtenue à partir du soleil va actionner une machine à vapeur classique, dont la puissance en chevaux sera fonction de la taille de l'appareil dans lequel le soleil produit la vapeur. La machine à vapeur a pour rôle de produire de l'électricité, qui peut être soit utilisée tout de suite, soit stockée dans des accus qui serviront les jours sans soleil.

Il faut bien comprendre que l'objectif premier de Tesla dans ce projet, est d'éliminer l'utilisation de charbon, de bois ou de tout autre combustible, pour la production de vapeur. Cette invention en appelle à utiliser la vapeur sous pression produite par le soleil, et non celle produite à partir du charbon, comme c'est le cas aujourd'hui et qui est utilisée partout dans le monde. L'avantage de cette invention de Tesla, c'est que les coûts de production de la vapeur pour fabriquer de l'électricité pour faire marcher, par exemple, une centaine de tramways, seraient infiniment plus bas que le prix du charbon nécessaire à fournir l'énergie pour réaliser ce même travail. Dès lors que la station solaire sera opérationnelle, les seuls frais de production de l'électricité pour faire marcher ces 100 tramways, concerneront le salaire des quelques ingénieurs en charge de la station solaire.
M. Tesla dit : "L'électricité sera alors devenue tellement bon marché que l'industriel le plus pauvre sera en mesure de l'utiliser comme énergie, à moindre coût qu'en utilisant la vapeur. C'est ainsi que l'électricité pourra supplanter la vapeur comme force motrice dans tous les trains et, stockée dans des accus, dans tous les bateaux. Même le citoyen le plus modeste pourra profiter de ce nouveau système de production d'électricité : car il en disposera chez lui pour la cuisine, l'éclairage et le chauffage, à moindres frais qu'avec le charbon, le bois ou le mazout".

Toutefois, il n'est pas question, pour M. Tesla, de construire une seule station solaire pour fournir toute l'électricité dans le monde. Il pense plutôt que les autorités de chaque ville et village devrait construire une, voire plusieurs de ces stations avec l'argent des impôts locaux pour fournir toute leur population, au même titre qu'elles ont aujourd'hui des centrales de distribution d'eau et de gaz. Chaque usine et chaque foyer pourront alors être alimentés en électricité depuis la station la plus proche par des câbles électriques ordinaires.

Chacun peut comprendre que Tesla rendra à l'humanité un immense service, lorsque cette oeuvre magistrale sera achevée. Elle résoudra, entre autres, un problème qui trotte dans la tête des scientifiques depuis longtemps, à savoir : "comme les réserves de charbon sur terre seront épuisées dans environ 1000 ans, quel sera alors notre combustible ?". Lorsque Tesla lui-même envisagea la question pour la première fois, il décida de s'investir dans un type d'invention de production d'énergie qui serait indépendante du charbon. Le projet d'exploiter les rayons solaires en sont le résultat.

Le projet de Tesla de transmettre l'énergie électrique sans fil est un autre plan quasi indépendant de celui de l'exploitation de notre vieux soleil, mais qui peut y être rattaché. Dans ce cas précis, il s'agit de générer de l'électricité en un endroit où cela pourrait se faire à moindres frais, et de la transmettre à un autre endroit où cela ne pourrait se faire sans demander une fortune.

Bien sûr, il est possible aujourd'hui de transmettre de l'énergie électrique d'un endroit à un autre en utilisant des câbles électriques, mais le coût de ces câbles de transmission est pratiquement tout aussi élevé que ne le serait celui de la production d'électricité à ce même endroit. Grâce à l'invention de Tesla, l'atmosphère joue le rôle de câble électrique dans la transmission de l'énergie, et comme l'utilisation de l'atmosphère est gratuite, les coûts de transmission d'électricité d'une ville à une autre seraient vraiment insignifiants.
Afin que l'atmosphère puisse fonctionner comme ces câbles onéreux, le projet de Tesla est d'ériger de grosses centrales d'énergie partout où il y a de grandes chutes d'eaux comme celles du Niagara, par exemple, car une fois que l'appareil sera construit, les frais de production d'électricité seront minimes.

Tesla veut construire, au-dessus de chaque station, une tour très haute, au sommet de laquelle sera placé un gros ballon. Quand l'électricité est générée dans la station, elle est envoyée dans la tour par câbles et de là, vers le ballon, où l'électricité est libérée dans l'atmosphère. Étant donné que l'atmosphère est plus raréfiée à cette altitude, et comme Tesla a déjà démontré que l'atmosphère est un bon conducteur d'électricité, l'électricité libérée sera transportée par l'atmosphère à n'importe quelle distance.

Dans le second volet du projet de Tesla concernant la transmission d'énergie électrique sans fil, il s'agit d'installer des stations réceptrices aux endroits désirés. Leur rôle sera de recevoir et de stocker l'électricité libérée dans l'atmosphère par la station génératrice à plusieurs kilomètres de là. Une tour et un ballon seront placés au-dessus de la station réceptrice ; ils seront équipés de dispositifs permettant d'absorber l'électricité libre et de la transmettre à la station réceptrice en dessous. De là, elle peut être acheminée dans des câbles pour fournir l'éclairage et faire marcher toutes les machines dans les environs.

Il importe de relever que dans ce projet, Tesla veut obtenir l'électricité à partir des chutes d'eau, tandis que dans le projet précédent, il s'agissait du soleil. Toutefois, l'inventeur est persuadé que les deux sont compatibles. Il pense que lorsque les deux inventions seront mises en pratique pour un usage public, elles serviront toutes deux les intérêts de l'homme. "Dans les endroits où les conditions naturelles le permettent, on utilisera les chutes d'eau, et dans les autres, on utilisera le soleil, dit Tesla. Toutefois, les résultats de la transmission d'électricité sans fil seront de même valeur pour les deux systèmes".

Parmi toutes les grandes inventions sur lesquelles Tesla travaille pour les conduire au stade où elles pourront être mises en pratique dans la vie journalière, celle concernant la télégraphie sans fil est la plus avancée. Ce qui fait encore défaut, c'est la création d'une société dont le but sera de construire la station publique. Le principe de cette invention est très connu et ne nécessite nulle explication détaillée. En deux mots, il s'agit de construire un appareil pour activer les courants électriques dans la Terre, de sorte que leurs perturbations seront ressenties dans un second appareil construit dans une autre partie du monde. Les variations dans les perturbations du courant électrique seront reçues comme autant de signaux différents dans le second appareil - le récepteur - et un code intelligible a déjà été conçu pour les identifier.

Le grand inventeur m'a décrit son invention de télégraphie sans fil dans les termes suivants, à l'intention des personnes non-scientifiques :

"Imaginez qu'une immense poche en caoutchouc, complètement remplie d'eau se trouve sur une table devant vous. Je vais insérer dans cette poche un tuyau en caoutchouc, contenant un piston. Lorsque je presse sur le piston, je comprime l'eau dans la poche, et celle-ci va se dilater".

Et Tesla continue en disant : "Lorsque je retire le piston, la poche va rétrécir d'autant qu'il est entré d'eau dans mon tuyau ; maintenant, si j'introduis un deuxième tuyau avec un piston à l'autre bout de la poche, chaque fois que je presserai le premier piston, les effets seront ressentis et mesurés par le deuxième. Donc, si une certaine action sur l'un des pistons représente un certain mot ou une certaine phrase, vous verrez, si vous regardez attentivement l'autre piston, que vous pourrez le lire facilement. C'est exactement ce qui se passe dans la télégraphie sans fil". Il conclut en disant : "dans ce cas, la poche en caoutchouc représente la Terre, l'eau le courant électrique, et les deux tuyaux à piston représentent un oscillateur émetteur et un oscillateur récepteur. Un type de perturbation engendré par un oscillateur représente une certaine phrase, et lorsque cette perturbation spécifique est enregistrée par le second oscillateur, l'opérateur de ce dernier sait exactement comment l'interpréter".

Les "oscillateurs" dont parle ici l'inventeur sont d'immenses disques, sur lesquels sont placés des centaines de bobines de fils de cuivre isolés, dont les bouts sont reliés au centre du disque, où se trouve une énorme boule de cuivre. Ce sont vraiment les seuls dispositifs nécessaires à la télégraphie sans fil. Pour les commander, Tesla tourne tout simplement l'oscillateur transmetteur vers le bas, et génère un courant qui produit d'immenses arcs électriques visibles, qui jaillissent de la boule jusque dans la terre. L'oscillateur récepteur a un dispositif très délicat qui pulse à chaque perturbation des courants électriques de la terre, et qui les enregistre sur un appareil spécialement conçu.

Une des nombreuses inventions de Tesla porte le nom de "télégraphie visuelle" et elle n'est pas la moins fascinante. Avec cet appareil, il suffit à quelqu'un de regarder, chez lui dans le récepteur d'un téléphone classique, et pendant qu'il parle à un ami à un millier de kilomètres de lui, il peut voir l'expression de son visage, dire ce qu'il pense de la coupe de son nouveau costume ou ce qu'il devrait faire pour effacer sa fatigue apparente. Le modèle expérimental de cette invention a donné entière satisfaction. Son principe est le suivant : si les ondes sonores retentissent dans l'atmosphère immédiate en y laissant une impression, il en est de même pour les ondes lumineuses.

M. Tesla dit : "Donc, tout comme les ondes sonores de la voix humaine sont transmises à des milliers de kilomètres par ce téléphone après avoir laissé leur impression dans le transmetteur téléphonique, mes expériences ont démontré que les ondes lumineuses du corps humain peuvent être transmises par un autre type de téléphone, à des milliers de kilomètres. Tout ce dont nous avons besoin est un nouvel émetteur. Dans la mesure où les impressions des ondes lumineuses sont beaucoup plus délicates que celles des ondes sonores, pour transmettre l'impression d'un visage humain, par exemple, nous avons besoin d'un transmetteur tout aussi délicat. Comme le sélénium est une substance extrêmement sensible, je l'ai utilisé dans la construction du transmetteur que je viens de décrire, et il m'a donné pleine satisfaction".

Un autre exploit que M. Tesla avait planifié voilà de nombreuses années, est de rendre nos foyers, bureaux et rues aussi lumineuses à minuit qu'à midi. Il voulait inventer une nouvelle sorte de lumière électrique qui aurait le puissant rayonnement continu du soleil.

Il ne fait aucun doute que Tesla ait réalisé son rêve de créer une lumière artificielle. Il montre, à tout visiteur de son laboratoire, de nombreuses boules de verre de différentes tailles, qui ressemblent à des soleils en miniature. Les boules de verre sont parfaitement vides, il n'y a aucun fil, ni à l'intérieur, ni à l'extérieur. Elles ne brûlent pas les doigts quand on les touche. La lumière ne fait pas mal aux yeux comme le fait la lumière du soleil ou la lumière électrique ordinaire.

Lorsque cet article sera publié, les studios de certains éminents photographes de New York et Chicago seront déjà équipés de cette nouvelle "lumière du jour" artificielle.

L'inventeur dit : "La raison pour laquelle j'ai choisi d'introduire en priorité cette nouvelle lumière chez les photographes, est que je pense qu'ils sont les critiques les plus sévères et les plus difficiles à satisfaire dans le domaine de la lumière. Si j'ai du succès chez eux avec cette nouvelle lumière, j'en aurai partout".

L'invention de fertiliser des sols appauvris avec de l'électricité n'est pas le moins ingénieux des grands projets de Tesla. Lorsque Tesla aura trouvé une compagnie organisée pour commercialiser son invention, le paysan n'aura plus besoin de dépenser la moitié de ses revenus annuels en engrais. Il lui suffira de se procurer un appareil fertilisant électrique, qu'il pourra acheter pour trois fois rien dans la ville la plus proche.

Il chargera quelques pelletées de terre meuble dans l'appareil fertilisant, qui ressortira à l'autre bout, prête à être étalée sur les sols appauvris : elle lui garantira, la saison prochaine, une récolte luxuriante sur sa terre.

Il est aisé de comprendre l'explication que donne M. Tesla sur les merveilleux résultats obtenus avec une technique pourtant simple. "Tout le monde sait", dit-il, "que le composant d'un engrais qui permet de rendre une terre productive, est l'azote. Tout le monde sait aussi que l'atmosphère au-dessus de la terre stérile contient 4/5e d'azote. Cela étant, je me suis demandé, 'pourquoi le paysan se met-il en frais pour acheter de l'azote alors qu'il peut l'avoir pour rien chez lui ?' Ce dont les agriculteurs ont besoin, c 'est une méthode leur permettant de séparer une certaine quantité d'azote de l'atmosphère au-dessus du sol pour le mettre en surface. C'est pour trouver cette méthode que je me suis mis au travail".

Pour un profane, ce modèle expérimental de fertilisant électrique, n'est rien de plus qu'un cylindre de cuivre vertical, dont le sommet est amovible, et qui est parcouru, à l'intérieur, sur toute sa hauteur, d'une bobine de fil spiralée. Deux fils sortent de la base du cylindre et sont connectés à une dynamo spécialement conçue. Il s'agit de pelleter de la terre meuble, traitée avec une préparation chimique liquide mais secrète, puis de faire passer un courant électrique dans l'atmosphère intérieure ; l'oxygène et l'hydrogène en seront expulsés, et l'azote restant sera absorbé par la terre meuble. C'est ainsi que l'on obtient, chez soi, pour une somme insignifiante un engrais tout aussi efficace que celui que l'on aurait à payer très cher, à des kilomètres de là.

Cet article ne cite que les inventions de M. Tesla ayant déjà franchi le stade expérimental. Toutefois, il nous promet des centaines d'autres miracles qui, pour l'instant, en sont au stade de développement embryonnaire dans le laboratoire-cour des miracles de ce grand inventeur. J'ai entendu un de ses admirateurs dire, lorsqu'il a entendu leur énumération que "ça ressemble au rêve d'un dieu à moitié ivre". Envoyer des signaux sur d'autres planètes, se faire relever certains morts par l'électricité, mettre fin à toutes les guerres avec une machine terrible, ne sont que quelques exemples sélectionnés au hasard.

Nikola Tesla est encore jeune et c'est pourquoi des scientifiques plus âgés ont considéré nombre de ses promesses comme les simples rêves chimériques d'un jeune esprit enthousiaste. Quasi aucune de ses inventions n'a été jugée crédible par les scientifiques lorsqu'elle fut annoncée publiquement pour la première fois. Toutefois, tôt ou tard, les soi-disant sages de la science ont été forcés d'admettre que Tesla avait prouvé que leurs théories étaient erronées.

Lorsque, pour la première fois, Tesla suggéra d'exploiter les grandes chutes du Niagara, ces scientifiques conservateurs ricanèrent et étiquetèrent cela d' "audace utopique" ! Cependant, ils ont ravalé leur fierté au point de se montrer lorsque les travaux furent officiellement achevés. Et pourtant, lorsqu'il annonça son invention de la "bobine Tesla", ils le traitèrent de "doux rêveur". Toutefois, certains des plus brillants se mirent au travail sur la "bobine" avec les résultats que l'on connaît : Röntgen, l'un d'eux, découvrit les fameux rayons X. Tous ceux qui auront eu le privilège de connaître Tesla personnellement, de l'avoir entendu expliquer ses projets, d'avoir visité son atelier exceptionnel, n'auront le moindre doute qu'il s'acquittera de chacune de ses promesses avec un succès équivalent.

 
© 2007- - NikolaTesla.fr - Tous droits réservés